38 000 supporters réunis ? Un risque maîtrisé grâce à ONHYS


Découvrez comment nous avons utilisé ONHYS ONE pour réduire le taux de personnes infectées de 95% au stade de Wembley, à Londres !


Alors que le coronavirus circule toujours dans la population mondiale, il est pratiquement impossible d'éliminer complètement le risque d'infection. Cependant, le maintien de l'économie dépend de notre capacité à retrouver un semblant de normalité dans un avenir proche et pour cela, nous devons pouvoir nous réapproprier nos espaces publics.

Au Royaume-Uni, les salles et les stades sont restés fermés et semblent destinés à le rester dans les prochains mois. En faisant appel aux connaissances et à l'expertise d’ONHYS en matière de modélisation et de simulation des flux de piétons, des mouvements de foule et des comportements des utilisateurs dans les espaces urbains, nous pensons qu'un retour à de grands événements publics, en toute sécurité, pourrait être bientôt possible.


Méthodologie

À l'aide de cartes et d'indicateurs de fréquentation du stade de Wembley accessibles au public, les ingénieurs d’ONHYS ont cherché à comprendre dans quelles conditions il serait possible de rouvrir le stade, tout en maintenant un faible niveau de contagion. Notre étude s'est concentrée sur les entrées du stade, car c'est là que le risque de transmission est le plus élevé avec des personnes en mouvement.

Le simulateur comportemental de pointe ONHYS ONE combine l'intelligence artificielle et la technologie du Business Information Modelling, ou BIM, pour simuler les flux piétons dans différents environnements. Nous avons dû prendre en compte une grande diversité de paramètres avant de réaliser une série de scénarios avec cette technologie de modélisation.


1. Paramètres de population
  • Caractéristiques physiques des populations, y compris la vitesse de déplacement, la hauteur et la largeur
  • Espace libre laissé entre les personnes lorsqu'elles franchissent un angle
  • Distance interpersonnelle

Notre module COVID-19 prend également en compte un large éventail de paramètres basés sur les connaissances scientifiques actuelles quant à la transmission du virus :

2. Paramètres liés au virus
  • Charge virale - la quantité de virus présente chez les personnes contagieuses, qui peut être transmise à l'environnement (calculée en utilisant les valeurs des premières études scientifiques sur la COVID-19 que vous pouvez lire ici et ici)
  • Seuil d'infection - la charge virale nécessaire pour qu'une personne saine soit infectée. En l'absence de valeurs publiées pour la COVID-19, ONHYS s'appuie sur une étude d'un virus similaire, le H1N1.
  • Demi-vie du virus - pour les marqueurs de surface, ONHYS utilise les valeurs publiées dans une étude de surfaces de type acier ; pour les marqueurs aériens, on suppose que le marqueur disparaît au bout de 10 minutes à partir des valeurs données dans une étude, et on en déduit la durée de la demi-vie.
  • État de santé des populations entrantes - qu'elles soient immunisées, contagieuses ou infectées.
  • Etc.

Les documents que nous citons sont des exemples des sources que nous utilisons. Nous actualisons constamment nos paramètres à l'aide de chiffres officiels provenant de gouvernements ou de revues scientifiques reconnues et fiables.

3. Scénarios

Après avoir établi les paramètres à modéliser et identifié les zones à haut risque, nous avons réalisé une série de différents scénarios afin de déterminer le niveau optimal de fréquentation du stade, c’est-à-dire le niveau de fréquentation le plus élevé possible en fonction du risque d'infection le plus bas possible. Cette étude a été réalisée en utilisant une moyenne des pourcentages d'individus contagieux dans la population mondiale de la mi-mai 2020 à août 2020. Les résultats sont les suivants :

  • Scénario 0 (état de fonctionnement initial)

Approche : avoir des données de référence à comparer avec nos prochains scénarios. Le stade accueille sa capacité maximale et aucun participant ne porte de masque

Occupation : 76 000 (100% de la capacité d'accueil)

R résultant : 2

  • Scénario 1 (utilisation de masques faciaux)

Approche : établir le risque d'infection avec le stade rempli à sa pleine capacité mais lorsque l'utilisation de masques est obligatoire pour tous les participants

Occupation : 76 000 (100% de la capacité d'accueil)

R résultant : 0,4

  • Scénario 2 (occupation réduite)

Approche : limiter le nombre de spectateurs et imposer le port du masque pour observer si une plus faible capacité d’accueil entraîne une baisse des risques sanitaires

Occupation : environ 38 000 (50% de l'occupation moyenne avant la crise de la Covid-19)

R résultant : 0,15

  • Scénario 3 (occupation réduite, nouveau protocole d'entrée)

Approche : augmenter le nombre de spectateurs grâce à la mise en œuvre d'un système d'accès au stade unidirectionnel et au maintien du port du masque obligatoire

Occupation : environ 38000 (50% de l'occupation moyenne avant la crise de la Covid-19

R résultant : 0,11


Conclusion:

Cette étude se concentre uniquement sur les entrées du stade, il est donc important de reconnaître que cela ne nous donne pas un résultat complet. Cependant, les entrées d'un lieu représentent le plus grand risque de transmission virale, les mouvements des foules et la distanciation sociale étant plus difficiles à maintenir. Par conséquent, cette étude nous donne une idée fiable de l'impact que peut avoir la gestion de foule sur le risque de contagion de la Covid-19. Dans le cadre de la reprise d’activité en cours au Royaume-Uni, cette étude apporte de nouvelles pistes pour la réouverture en toute sécurité des lieux qui accueillent d'importants événements sportifs et culturels.

Si vous avez d'autres questions sur la manière dont cette étude a été menée, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : contact@onhys.com


Le communiqué en PDF ici.
La brochure ONHYS en PDF ici.

Posted in Actualité, COVID19, Dossiers de presse on oct 08, 2020